Autres poésies

Quand se meurt l’automne

 

Le soir tombe dans mon jardin,

Sur le hameau le ciel se grise,

Auprès des siens on se sent bien.

L’automne enlève sa chemise,

Il va s’éloigner dès demain,

Ses couleurs bien qu’encor exquises

Vont s’atténuer au matin.

 

La nature inquiète se plaint,

Le froid, la neige et la bise

Vont débarquer de ce grand train

Qui arrive de la banquise

Le ciel bas pleure sans fin

La flore se cache et s’enlise

La faune se gèle les mains.

 

L’hiver apparait au lointain,

La saison déprime, soumise…

 

Jeanne Corbin

décembre 2014

------------------------

Un vol de musique…

 

Tout me semble parfait, me souffle la marquise…

Elle vient me conter sa passion.

Chaque jour, chaque nuit, en petite chemise,

Elle joue de l’accordéon.

 

Ses accords s’envolent, emportées par la brise,

Ils sont repris à l’unisson

Par les oiseaux, jusqu’aux glaces de la banquise.

Sa vie change de dimension…

 

Du ciel, ils écoutent, cet air qu’elle improvise.

Ses doigts sautent à petits bons

Sur les touches nacrées habilement soumises

Pour parcourir ce  marathon.

 

Chaque note jouée est  infiniment exquise.

Madame, affamée comme un lion

Savoure sa musique, douce friandise.

Mon cœur est en admiration.

 

Jeanne Corbin

9 novembre 2016

-------------------

L’eau de Chagrin

 

Mon parapluie a du chagrin,

Ses larmes tombent dans mes mains

Comme des perles argentées

Elles roulent sur la chaussée.

 

Le ciel a trouvé un copain,

Un élégant nuage brun,

Son aspect voile ma pensée

En attendant la nuit tombée.

 

Sur le sol l’oiseau prend son bain,

Dans ce miroir d’eau de chagrin

Il se baigne au bras d’une fée

Qui danse au cœur de l’ondée.

 

Jeanne Corbin

Le 25 février

2015

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire